GREEN

Maisons passives – une première en Essonne !

Les jeunes du monde entier nous le disent haut et fort : que faisons-nous pour préserver l’environnement, notre planète ?

Le réchauffement climatique n’est plus une suspicion et la fin de l’énergie bon marché est une certitude, alors chez Green Eco-promotion, il nous apparaît primordial de concevoir des bâtiments répondant aux besoins du monde de demain : des bâtiments dont l’empreinte carbone est la plus réduite possible et le coût de chauffage quasi inexistant.

C’est dans cette démarche que nous nous apprêtons à inaugurer le premier programme immobilier labellisé passif de l’Essonne, dans un quartier historique de la ville de Montgeron.

Quatre maisons (oui, seulement quatre !) dessinées par un architecte, ont été implantées sur une parcelle de la ville que la municipalité voulait valoriser par le biais de logements hautement écologiques, répondant à une démarche environnementale exemplaire tout au long du projet : du chantier à la réalisation finale. Ces maisons ont été conçues de façon à minimiser l’empreinte carbone globale, tout en apportant à leurs habitants un confort et une qualité de vie à envier. Réalisées avec des éco-matériaux de qualité et bénéficiant des avantages de l’architecture bioclimatique, les villas du domaine de Chalandray comptent parmi les meilleures constructions écologiques d’Ile-de-France. On leur a donné des noms : Berlin, Prague, Reykjavik, Stockholm – car, au-delà de leur extérieur contemporain semblable, chacune a son style et sa personnalité.

Retour sur un projet qui a mis deux ans à se concrétiser et dont le chantier a été bouclé en seulement sept mois.

D’abord, le concept : c’est quoi une maison passive ?

Juin 2018 : démarrage des travaux

La Maison Passive (Passivhaus) est un label internationalement reconnu, qui a été créé dans les années ’90 en Allemagne et demande le respect d’un cahier de charges très strict. La première maison passive labellisée, construite il y a 25 ans, a toujours les mêmes performances énergétiques.

Pour obtenir ce label :

  • Les besoins en chauffage du bâtiment ne doivent pas dépasser 15kwh/m2/an… soit 1,65€/m²/an aujourd’hui mais surtout seulement 3,3€ quand le prix de l’énergie va doubler… à l’horizon 2030 ?
  • La consommation d’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh/m²/an tous usages confondus, du chauffage à l’électroménager.
  • L’étanchéité à l’air est vérifiée à l’aide d’un test appelé « BlowerDoor», il ne faut quasi aucune fuite ni passage d’air.
  • Proportion d’heures dans l’année où la température moyenne de la pièce dépasse les 25°C : 10%

En plus du label, les quatre maisons ont participé à l’expérimentation de l’ADEME appelée E+C- pour fixer les critères de la nouvelle réglementation environnementale 2020. Et elles ont gagné le pari haut la main. Cette nouvelle réglementation vise à construire des bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone … et c’est important car le bâtiment représente près de 45% de la consommation énergétique nationale et de plus 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Devrions donc nous tous avoir des maisons passives ?! 

La clé de voûte d’une construction passive : la VMC double-flux, qui permet de renouveler en continu l’air de la maison sans perdre de chaleur.

Eh bien, ce serait l’idéal, et peut-être qu’un jour, qui sait, ce sera la norme ! Entre temps, il est important de savoir qu’on peut agir pour le climat au moment de l’achat de notre maison et que ça fera une différence à tous les niveaux :

  • la production des matériaux de construction aura beaucoup moins pollué – le bois notamment étant un véritable puits à carbone car il le stocke durant toute sa croissance. Les isolants sont bio-sourcés c’est-à-dire qu’ils sont issus de la filière végétale et donc renouvelable.
  • le chantier aura duré moins longtemps, engendrant une pollution aérienne et sonore moindre, et il aura consommé beaucoup moins d’eau ( on dit que le chantier est « sec » )
  • l’isolation de la maison sera top et aucune énergie ne sera « jetée par les fenêtres » puisque le bâtiment est totalement étanche à l’air et de ce fait la consommation énergétique réduite par 10 !
  • l’air ambiant sera le plus sain possible, car renouvelé et filtré sans cesse par la VMC double-flux

Par ailleurs, la durée de vie d’une maison en bois est comparable à celle d’une maison classique. Les technologies mises en œuvre garantissent la solidité structurelle de l’ensemble, l’absence de moisissures etc., donc aucun désavantage à ce niveau-là.

Qu’en pense-t-on dans le quartier ?

Les belles façades s’intègrent harmonieusement dans le paysage.

Intégrer des constructions contemporaines dans un paysage urbain ancien c’est une évolution nécessaire et assumée. A Montgeron, nous avons eu la chance de travailler avec des personnes compétentes et enthousiastes, qui ont compris l’intérêt du projet et qui se sont réellement impliquées à chaque étape, pour faire valider les choix qui sortaient de l’ordinaire, tout en s’assurant que le PLU soit respecté.

Quant aux voisins, auxquels nous avons essayé d’épargner le maximum de nuisances (notamment par la brièveté du chantier) les retours sont vraiment positifs. Ils apprécient la qualité du programme, son intégration dans le paysage et sont rassurés de voir que tous les arbres enlevés ont été remplacés. Ils trouvent que le bardage en bois a un côté chaleureux, qui rappelle justement les environs boisés et préservés du quartier. Certains bénéficient maintenant de plus de soleil dans leurs jardins.

Des personnes intéressées sont venues à plusieurs reprises pour voir l’évolution du chantier et on a eu droit à un tas de questions sur les différents aspects de la construction, les éco-matériaux, l’architecture bioclimatique. Les photos aériennes des maisons, c’est un des voisins qui les a faites, nous remercions ici « Hélices et caméra » pour sa contribution.

Et le train dans tout ça ?

Les jardins individuels attendent sagement la plantation du gazon.

Ah, le train… point névralgique de l’histoire… La ligne du RER D surplombe la parcelle. On avait peur de la réaction des potentiels acheteurs. On imaginait difficile de convaincre sur plan de la qualité de l’isolation acoustique, mais notre appartement témoin construit avec les même matériaux et le principe évident de la VMC double flux, ont rassurés. En même temps, dans un tissu urbain assez dense et étriqué comme celui de Montgeron, où le bruit de la circulation se mêle à celui de la nature environnante, où la voie ferrée passe non loin des chevaux de la prairie du bord de l’Yerres, le bruit du train fait partie de la vie du quartier. Le train est perçu comme un moyen de transport rapide et non-polluant, sa proximité est vue comme un avantage. En effet, la gare se trouve à moins de 500m des maisons. En entrant en gare le RER ralentit, le volume sonore est donc moindre… et les maisons sont en contre-bas.

Finalement, les quatre maisons ont trouvé preneur sans beaucoup de difficulté. Une d’entre elles est habitée par un couple travaillant à la SNCF. Dans une autre, un petit garçon rêve de regarder les trains tous les soirs par la fenêtre de sa chambre. C’est vrai que les rames sont belles, elles seront les premières à être remplacées sur la ligne D.

Un dernier mot ?

Première livraison fin janvier 2019 : les heureux propriétaires d’une maison passive en Essonne.

Il est important de léguer à nos enfants des logements respectueux de l’environnement et nous sommes fiers d’y contribuer !

YOUR COMMENT
Top